AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  ★ Scénario du jeu  ★ La Pony-On Ent.  ★ Bottin des avatars  ★ Les prédéfinis  ★ Rôles sur mesure  ★ Trouver un job  ★ Devenir idole  ★ Poser une question  
Les idoles de la Pony-On Ent. seront tous conviés à la grande traversée de l'Atlantique, par le Titanic Resort. Réservez vos billets au plus vite, si vous rêvez d'une croisière à leurs côtés!

Les HighFive, Noam, Félix, Jimmy-Lee, Micha et Alexander, seront à l'affiche de leur premier film High5.3D Movie "This Is Us" au cinéma, le 30 aout 2013.

Le groupe Diam'L s'implante en Europe depuis la sortie du single "How Ya Doin" ft. Missy Elliott.

N'oubliez pas qu'HighFive sont en tournée mondiale, ils passent onligatoirement près de chez vous, obtenez vos tickets! Diam'L sont en tournée aux Royaumes Unis, GO!Higher au Japon, Corée, Thailand, et Chine, toutes les dates sur notre site www.pony-on-entertainment.com.
Le premier évènement est enfin lancé : La renaissance du Titanic. Soyez les premiers à vous inscrire, les places en survivants miraculés restent limitées!

Forum lancé depuis le 25.03.2013, optimisé pour Mozilla Firefox, Opera, Google Chrome & Safari. Bannissez Internet Explorer!.

Rôle play ouvert à tous, choisissez le speed rp (300/500 mots), si vous manquez de temps ou que vous débutez, ou bien le roman rp (+1000 mots) pour les grands passionnés d'écriture.

 

 Winning London | Abel & Lavender

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Admins • Président du conseil universitaire du jumelage à L.A.
Mavie.com : Né le 08.12.1986 à Tel Aviv, en Israël, j'ai 26 ans. De nationalité Israélien, je vis à Los Angeles, où je suis étudiant en doctorat d'histoire, président du conseil universitaire du jumelage et basketteur dans l'équipe du campus. Je suis hétéro et Célibataire.

Mon Agenda : Penser à parler à Lavender des intentions louches de son paternel • Essayer pour la centième fois, d'arrêter de fumer • Dégoter le 06 de Valentina Perez • Emmener Constance à Disneyland • Ne surtout pas oublier le câlin matinal de Sora.

Petit + sur moi : Il stresse en avion • Il est surnommé Indiana Jones pour ses études d'archéologie • Il a échappé à un mariage arrangé en Israël • Il est le fils du Maire de Los Angeles • Il est correspondant avec Nao au Japon, et Romy en Angleterre • Il a été élevé par ses grands-parents en Israël.

Popularité : ■■■□□□




MessageSujet: Winning London | Abel & Lavender   Lun 26 Aoû - 20:37


Winning London | Abel & Lavender

Confortablement installé dans le fond d’un siège de première classe, à bord de l’avion Los Angeles – Londres, sans escales, Abel feuilletait un vieux magasine, tout en grignotant de petites chips, attrapés à la volé, lors du dernier passage du serveur. Les vols en avions ont toujours été la plus grande frayeur de l’Israélien, qui ne cesse alors de manger pour passer son stresse. Si les voyages duraient plus de trois jours, il gagnerait en obésité. Tout à coup, les voyants rouges s’allument, et le métisse n’a que le réflexe de vérifier que sa ceinture était restée attaché, comme tout le long du reste du voyage. Ils vont atterrir.

A peine le pied sur le sol européen, le vieil étudiant sort son téléphone de sa poche, pour en vérifier ses derniers appels et messages. Son père lui demande de ne pas oublier de passer sa sympathie à Monsieur le Maire de Londres. Abel ne peut s’empêcher d’étirer un faible et ironique sourire en lisant ces lignes…. Hypocrisie. Refermant son écran, il enfourne son appareil dans la poche de son jeans, et tirant sa valise derrière lui, il prend la direction de la sortie. Le chemin, il le connait pas cœur, l’opérant depuis trois ans maintenant. Au Manoir Owen-Carter, il est même chez lui, autant que la jeune Lavender, son hôte, est chez elle au manoir Laqab. Les séjours chez les Owen ont toujours un petit gout de vacances, et d’amusement. Parce que l’Europe est le plus beau continent du monde, mais aussi parce que Lord James Owen-Carter est un fou furieux franchement distrayant. Ses intentions de contrôle entier sur la vie de sa fille restent discutables, mais sa façon de le faire, elle en revanche, était à la hauteur d’une vraie pièce de Molière. Et comme Abel endossait l’un des premiers rôles, il était toujours le premier sur place. Ce petit jeu lui plaisait, et bien qu’il ne fût guère certain d’en avoir toujours le contrôle, il ne pouvait résister à la tentation de découvrir les nouveaux scénarios de Sir James.

Un chauffeur, comme toujours, l’attend devant l’Aéroport. Il le conduit jusqu’au manoir, ou Abel se présente seul devant la porte. Les domestiques sont déjà après la voiture, pour faire passer ses bagages par derrière. C’est donc les mains dans les poches, que l’invité d’un court séjour Présidentiel sonne à la grande porte. Un président qui en avait d’ailleurs peu l’allure. Jeans slim et délavé, boots montantes en cuir noir, teeshirt blanc, veston assorti, cheveux en bataille et minois mal rasé, le dandy était bien loin de représenter son pays comme le voudraient les convenances. Tapotant du pied par impatience, Abel aperçu enfin la porte s’ouvrir sur un énième domestique.

« Charles-Edwards ! »

S’exclamât-il, presque sûr de lui, en pointant son index vers le vieil homme qui lui faisait face. Abel a en effet un gros souci de mémoire concernant les noms, et bien que les employés de ce manoir n’aient guère changé en trois ans, il était toujours aussi incapable d’en retenir leur identité.

« George, Monsieur. »
« C’était ressemblant. »
« Si Monsieur veut bien se donner la peine d’attendre Mrs Lavender, dans le petit salon. »
« S’il plait à monsieur ! »

La petite taquinerie, lancée par Abel, n’étira même pas un sourire à ce cher George. L’Israélien se mordit alors la lèvre inférieure pour éviter tout manque de respect, mais de toute évidence, les « convenances » et le « parler » des anglais, avaient un petit air de ridicule à ses yeux.  Arrivé dans le dit petit salon, le Président se laissa retomber dans un des canapés fleurit, très vieux jeu, mais typiquement anglais. Une tasse de thé l’y attendait, sur la petite table. En vue de la fumé qui s’en dégageait, elle venait d’être servit. Comme pour s’occuper dans l’attente de l’arrivée de sa collègue, il attrapa la tasse, et leva alors son petit doigt pour la tenir comme le veut la grande société.

« Ridiculement votre ! »

Mimât-il, avant de lever la tasse jusqu’à ses lèvres. Il laissa une faible gorgée traverser sa gorge, puis il grimaça comme un enfant. Avait-il oublié qu’il détestait le thé anglais ? S’étant en plus, brulé la langue, il reposa le récipient sur la table, et s’avachi dans le fond du canapé, comme seuls les américains savent si bien le faire. Les deux mains sur son ventre, il scruta le plafond tout aussi décoré que le reste de la pièce, jusqu’à ce que ce qui ressemblait fort à des bruits de talons hauts frappant le sol derrière la porte, n’attirent son attention vers celle-ci. Il se contenta de pencher la tête en fixant l’entrée, essayant de deviner s’il s’agissait de Lavender. A première vue, oui. Un mauvais sourire en coin des lèvres, il quitta son confortable trône, et se rua sur la porte, posant une main sur la poignet, pour la bloquer. Il se colla alors à la porte, pour être entendu de l’autre côté.

« Lady Vidie, vous savez ce qu’on dit sur les anglaises qui font attendre leur rencart du soir… »

Sur ses mots, il ouvrit la porte, affichant sur sa moue mal soignée, son sourire de Don Juan, prêt à continuer sur sa lancée. Mais alors qu’il croyait que son visage rencontrerait celui de Lavender contre la porte, c’est avec celui de Lord James Owen-Carter qu’il manqua d’entrer en collision… Immobilisé par le refroidissement qu’imposait le faciès du grand homme, Abel ravala sa fierté, sa salive et sa virilité, se redressant tant bien que mal, le visage crispé jusqu’aux pointes des cheveux.

« Continuez…. »

Grinça la voix du père de famille. Le sang d‘Abel ne fit qu’un tour, s’il avait continué sa phrase, de toute évidence, il aurait dormit dans les écuries.

« … Mémoire sélective…. »
« Ha oui, j’oubliais, vous êtes plutôt mal monté pour un futur docteur en recherche préhistorique. »
« J’me soigne. »
« C’est votre langage que vous devriez soigner, quoi que vos cheveux en auraient bien besoin aussi. »

Instinctivement, Abel passa ses doigts dans ses cheveux laqués, fronçant les sourcils. James pendant ce temps, rejoignit le fond de la pièce pour servir deux whiskies purs. Il revint vers l’Israélien, tout en lui tendant l’un des deux verres, que le jeune homme eu peine à empoigner. Il savait comment ça se terminait, à chaque fois, les têtes à tête avec « beau papa ». Ivre mort à céder à ses idées de mariage burlesque, amusant et distrayant pour Abel, mais tout de même incompréhensible.  Pourquoi ne jamais cessé de le réprimander sur ses vêtements ou sa tignasse, si c’est pour désirer que sa propre fille porte son nom ?! Ce type était insaisissable, mais c’était peut-être aussi pour ça qu’Abel l’appréciait tout particulièrement.

« Vous devriez l’avaler rapidement, Lady Lavender déteste l’odeur de l’alcool… »

Cette fois, c’était bien des bruits de talons hauts qui s’approchaient ?
PONY-ON ENTERTAINMENT

Abel Kook-Laqab

Hey tout le monde, le forum besoin de vous, pensez à venir voter et remonter nos publicités le plus souvent possible! Soyez les ambassadeurs de Limitless! よろしくぅ(^o^)/


Dernière édition par Abel Kook-Laqab le Mar 27 Aoû - 19:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Président du conseil universitaire du jumelage à Londres.
Mavie.com : Je suis née le 18.04.1988 à Londres en Angleterre, et j'ai 25 ans. De nationalité Anglaise, je vis à Londres, où je suis Étudiante en histoire et présidente du conseil universitaire du jumelage à Londres Je suis tournée vers les hommes et je suis Célibataire.

Mon Agenda : Penser à me faire inviter au restaurant par Abel préciser que c'est bien lui qui paie, sait-on jamais. Ne pas oublier de demander à maman une virée shopping.

Petit + sur moi : Elle a déjà sauté à l'élastique • Elle n'a jamais sauté en parachute mais ça ne serait que tarder • Elle n'a le béguin pour personne mais Abel est plutôt bel homme quand même

Popularité : ■■■□□□




MessageSujet: Re: Winning London | Abel & Lavender   Lun 26 Aoû - 22:04

This is me praying that. This was the very first page. Not where the story line ends. My thoughts will echo your name. Until I see you again. These are the words I held back. As I was leaving too soon
I was enchanted to meet you




C'est la veille au soir seulement que Lavender avait été mise au courant de la venue d'Abel. Cet homme, elle l'appréciait tout particulièrement. Après tout, elle avait souvent l'occasion de le croiser ou bien de lui parler par téléphone. Ils étaient tous deux présidents du conseil de leur université respective alors forcément, ils se devaient de communiquer. Mais pas seulement. Depuis plusieurs années, son père avait dans l'idée de faire de cet homme, son mari. Bien entendu elle n'était pas sotte et elle l'avait rapidement compris même s'il ne lui avait pas explicitement dit. Encore ce matin, alors qu'elle se préparait, elle venait à rêvasser de cette idée plutôt saugrenue. Pourrait-elle vraiment se marier avec Abel ? Après tout, elle n'était pas amoureuse de lui et un mariage est normalement basé sur un amour inconditionnel. Le mariage était l'élément même d'une preuve d'amour par excellence. Elle était aussi persuadée qu'Abel ne l'aimait pas d'amour. Bon, d'accord il était bel homme. Vidie ne s’était jamais gêné pour, discrètement, observer chaque forme de son corps même si elle n'avait rien vu au-delà de son apparence vestimentaire. Il semblait en tout point bien bâti. Son caractère n'était, certes, pas parfait, mais il n'en restait pas moins gentil avec elle et c'est tout ce qui comptait. Dès leur première rencontre, ça avait bien accroché entre eux. Peut-être était-ce un signe ? Vidie secoua la tête, faisant voler ses mèches blondes humides qui collèrent à ses joues. Elle se leva et enfila son peignoir avant d'enjamber les rebords de sa baignoire balnéo dans laquelle elle serait volontiers restée encore quelques minutes.

Elle retourna à sa chambre où on avait déposé, sur son lit, sa tenue du jour. Bien entendu, elle l'avait choisi elle-même cependant il avait fallu les repasser et une domestique avait pris soin de le faire pour elle. Parfois, elle se demandait si ça n'était pas trop exagéré. Repasser son vêtement... elle aurait tout de même pu le faire. Pourtant, elle en avait l'habitude depuis toute petite c'est donc pour ça qu'elle n'y pensa plus au bout de quelques secondes, préférant se concentrer sur sa coiffure et son maquillage. Bien qu'elle ne soit pas superficielle, il fallait qu'elle entretienne l'image qu'elle faisait paraître aux autres. Belle, presque parfaite, voilà seulement ce dont elle devait s'inquiéter.

«  Mademoiselle, Monsieur Kook-Laqab est arrivé. »
« Oh, très bien, j'arrive tout de suite. »

Vidie semblait être en retard. Elle n'avait même pas pu l'accueillir et maintenant elle était obligée de le faire attendre. Elle s'assied sur son lit et enfila ses chaussures à talon haut pour vérifier son apparence ensuite dans le grand miroir qui trônait sur sa chambre. Elle était présentable et satisfaite. Elle descendit les escaliers et se précipita vers le salon, s'immobilisant à l'entrée. Son père était déjà là et Abel aussi par la même occasion. Dès que son regard rencontra le sien, un sourire sublime étira ses lèvres. Son air enjoué semblait faire plaisir à son paternel d'ailleurs.

« Abel ! »

Elle s'approcha de lui et vint déposer un rapide baiser sur sa joue. C'est ainsi qu'elle le saluait chaque fois. Elle le regarda de haut en bas, constatant qu'encore une fois, il se donnait l'air du bad boy. Mais étonnamment, ce qui aurait pu ne pas aller à un homme au point de le faire passer pour un clochard, lui allait très bien à lui. Cet effet d'homme négligé lui allait à la perfection.

« J'espère que le voyage s'est bien déroulé et que tu n'es pas trop épuisé. »

Déjà, un domestique lui apportait sa tasse de thé. Elle prit place sur le canapé et porta la tasse fumante à ses lèvres. Un souffle faible sur le liquide avant d'en boire une gorgée. Un pur délice. A contrario, Vidie est une adepte du thé et elle pourrait ne boire que ça. Son regard se releva sur Abel puis sur son père à qui elle adressa un de ses sourires qui veut simplement dire : décontracte-toi, papa. Assied-toi et discutons tous les trois comme d'habitude. Il a tendance à essayer de paraître froid et menaçant quand Abel est dans le coin. Peut-être pour se donner un plus grand aura et impressionner l'homme à qui il désire confier sa précieuse fille. Il faut dire que quiconque approchait sa princesse subissait ses regards à en glacer le sang. Il sortait tout bonnement les crocs. Détendre l'atmosphère devint subitement son but premier.

« Abel, raconte-moi Los Angeles depuis que je l'ai quitté. »

Elle n'avait d'yeux que pour lui pour le moment. Juste le temps de profiter de la tranquillité avant que son père ne daigne reprendre ses investigations lui-même et notamment sur le fait que sa fille était en âge de trouver un époux et patati, patata. Des allusions qu'elle feignait de ne pas comprendre, mais qui sonnaient comme une demande envers Abel. Qu'il devrait, entre autres se bouger un peu plus vite les fesses pour la main de sa fille. En même temps, Vidie n'en voulait pas à son père. Elle savait qu'il avait simplement envie de son bonheur avant tout. Ce qui était tout à fait normal. Qui ne voudrait pas le bonheur de son enfant ?
PONY-ON ENTERTAINMENT


Strip away the flesh and bone Look beyond the lies you've known Everybody wants to talk about a freak No one wants to dig that deep Let me take you underneath Baby, better watch your step Never mind what's on the left You're gonna see things you might not wanna see It's still not that easy for me.
❥ UNDERNEATH


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admins • Président du conseil universitaire du jumelage à L.A.
Mavie.com : Né le 08.12.1986 à Tel Aviv, en Israël, j'ai 26 ans. De nationalité Israélien, je vis à Los Angeles, où je suis étudiant en doctorat d'histoire, président du conseil universitaire du jumelage et basketteur dans l'équipe du campus. Je suis hétéro et Célibataire.

Mon Agenda : Penser à parler à Lavender des intentions louches de son paternel • Essayer pour la centième fois, d'arrêter de fumer • Dégoter le 06 de Valentina Perez • Emmener Constance à Disneyland • Ne surtout pas oublier le câlin matinal de Sora.

Petit + sur moi : Il stresse en avion • Il est surnommé Indiana Jones pour ses études d'archéologie • Il a échappé à un mariage arrangé en Israël • Il est le fils du Maire de Los Angeles • Il est correspondant avec Nao au Japon, et Romy en Angleterre • Il a été élevé par ses grands-parents en Israël.

Popularité : ■■■□□□




MessageSujet: Re: Winning London | Abel & Lavender   Mer 28 Aoû - 14:05


Winning London | Abel & Lavender

Abel se retrouvait donc prit entre les talons hauts qui s’approchaient dangereusement, et cette furieuse envie de refuser ce verre d’alcool, pourtant très tentant. Et comme à son habitude, un peu trop long à la réflexion, la voix féminine de sa collègue – et amie – retenti dans la salle, et instinctivement, il cacha ses mains dans son dos, pour ne plus laisser son verre orangé, dans le champ de vision de qui que ce soit. Sans aucune réflexion, n’en n’ayant pas eu encore le temps, il laissa Lavender déposer un baiser sur sa joue, souriant à son tour, de manière quelque peu bêta. « J'espère que le voyage s'est bien déroulé et que tu n'es pas trop épuisé. ». Il se contenta d’hocher la tête. « Abel, raconte-moi Los Angeles depuis que je l'ai quitté. » Rapportant son verre devant lui, il passa ses yeux du récipient à papa Owen-Carter, puis revint sur son verre, et enfin sur la belle Lavender. Il réalisa juste à cet instant qu’elle portait ce jour ci, une toilette fortement alléchante. Comprenez par-là, qu’en langage courant de l’université de Los Angeles, il aurait dit « qu’elle est bonne ! » mais il fallait se faire au langage anglais. Fort admiratif (Ou bon matteur), il laissa son visage pencher sur le côté, se rinçant l’œil en oubliant la présence du paternel.

« Je savais que j’aurais dû mettre les talons hauts. »

Murmurât James, plus à lui-même qu’à autrui. Il avala son verre sur ses mots, et s’avança vers Abel pour lui prendre le sien, au quel il n’avait toujours pas touché. De sa main libre, il redressa le visage un peu trop rêveur de l’Israélien, et lui tapota le haut de la tête, pour le faire revenir à lui, de façon bien moqueuse.

« Le déjeuner sera servi dans une heure, soyez ponctuels, nous avons à discuter. »

Il déposa le verre plein prêt de la bouteille, et quitta la pièce, laissant un domestique refermer la porte derrière lui. Le silence étant revenu, et le tête à tête enfin commencé, Abel se faufila vers le canapé pour s’assoir à côté de Lavender. Il posa un bras sur le dossier arrière, juste dans le dos de la belle blonde, et posa ses beaux yeux couleur océan, sur ceux de son égérie. Son petit sourire en coin apparut alors.

« Tu sais mieux que moi que Los Angeles crève d’ennui sans toi ! »

Beau parleur non ? Il étira un peu plus son sourire, signe de taquinerie.

« Honnêtement, je n’ai pas passé l’été à Los Angeles, alors j’ignore un peu ce qui s’est passé ces derniers mois. »

Il se rassit plus correctement, sans pour autant détourner son bras. Il appuya le dos de sa tête contre le dossier, s’enfonçant à nouveau dans le canapé, à ses aises, et sans retenue.
Abel avait en effet passé l’été aux quatre coins du monde, commençant par St Tropez, Hawaii, puis il avait terminé par la Chine et le Japon, pour retourner voir son ami et correspondant, Seo. La fin des vacances avait été très festive, à travers Tokyo. Ils avaient écumé les boites de nuits, et surtout les japonaises.

« J’attends la rentrée pour me fatiguer, laisse-moi profiter de mes derniers jours de vacances ! »

Il détourna le visage vers Vidie, et lui offrit un bien charmant sourire. Elle lui aurait bien manqué cet été, cette petite. Peut-être parce qu’il se faisait aux idées de son père, et qu’il s’y attachait plus qu’il ne voulait le reconnaitre ? Déjà trois ans qu’ils se côtoient, et même si à chaque fois, ils sont plusieurs mois sans s’apercevoir, il a l’impression de ne jamais la quitter. Peut-être parce qu’ils passent bien trop de temps sur sky.

« Parles moi plutôt de tes vacances ? Ton père sur le dos ? Je suis sûr qu’on aura droit au même discours au déjeuner. »

Il se redressa légèrement, et se pencha totalement vers Lavender, pour venir coller ses lèvres à sa joue. Il y déposa un doux petit baiser, non loin de ses lèvres, parce que ça l’amusait. Jouer avec les réactions des filles, c’était sa spécialité. Puis il se leva du canapé, et revint vers la bouteille de whisky. Il attrapa son verre encore vierge, et se dressa droit comme James, imitant à la perfection, le visage serré et durcit du gouverneur.

« Soyez adultes, soyez matures, prenez vos responsabilités en main ! Vous avez tout un empire sur vos épaules, l’un comme l’autre ! »

A chaque fois que le mot « empire » sortait des lèvres d’Owen-Carter, Abel ne pouvait s’empêcher de sourire. Son empire s’était quand même Londres…. Juste Londres. Ou alors était-il vraiment très ambitieux, et il se voyait déjà remplacer la reine. Sur cette pensée, il s’avança vers le canapé, et s’agenouilla face à Vidie, toujours en jouant le rôle de James.

« Votre union mes enfants, votre union ! »

Il déposa son verre sur la tablette face à eux, pouffant d’un léger petit rire, puis il redressa le visage, levant ses yeux, pour croiser ceux de Lavender. Son visage reprit alors ses vrais traits.

« Avoues que ton été fut un enfer ! »
PONY-ON ENTERTAINMENT

Abel Kook-Laqab

Hey tout le monde, le forum besoin de vous, pensez à venir voter et remonter nos publicités le plus souvent possible! Soyez les ambassadeurs de Limitless! よろしくぅ(^o^)/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Président du conseil universitaire du jumelage à Londres.
Mavie.com : Je suis née le 18.04.1988 à Londres en Angleterre, et j'ai 25 ans. De nationalité Anglaise, je vis à Londres, où je suis Étudiante en histoire et présidente du conseil universitaire du jumelage à Londres Je suis tournée vers les hommes et je suis Célibataire.

Mon Agenda : Penser à me faire inviter au restaurant par Abel préciser que c'est bien lui qui paie, sait-on jamais. Ne pas oublier de demander à maman une virée shopping.

Petit + sur moi : Elle a déjà sauté à l'élastique • Elle n'a jamais sauté en parachute mais ça ne serait que tarder • Elle n'a le béguin pour personne mais Abel est plutôt bel homme quand même

Popularité : ■■■□□□




MessageSujet: Re: Winning London | Abel & Lavender   Jeu 29 Aoû - 14:07

Ready for the big time, ready for the small. Whatever's comin' to me, I'll be ready for it all. Sometimes it ain't easy, sometimes it's not polite. Some days I don't get it, some days I get it right.
I ain't crazy at all.




Pas parleur. C'était, là, l'attitude exacte d'un Abel prit entre deux étaux. Mais lesquels ? La belle n'en avait aucune idée. Tout du moins jusqu'à ce qu'elle voit le verre entre les mains de l'Israelien. C'était une impression ou il l'avait mis dans son dos ? Ne se posant pas la question plus longtemps, la blondie leva les yeux vers son père qui, en passant devant elle, lui adressa un petit clin d'oeil discret. C'est fou comme face aux gens il pouvait être sérieux et quand il était à couvert, il devenait un papa fou de sa fille. Sûrement que si Abel avait intercepté ce clin d'oeil il aurait eu de quoi se moquer du dur à cuir et coincé papa Owen-Carter. Vidie se pencha, juste assez pour atteindre la soucoupe posée sur la table afin d'y poser sa tasse de thé.

Elle pivota d'un quart de tour quand elle le sentit s'installer à côté d'elle et posa ses yeux sur lui. Il n'avait pas changé. Il était toujours aussi charmant. Mais son petit sourire en coin annonçait justement qu'il allait sortir encore une bêtise. Et ça n'a pas loupé. « Tu sais mieux que moi que Los Angeles crève d’ennui sans toi ! » Elle leva les yeux au ciel, ses lèvres s'écartant en un sourire amusé et las à la fois. Il ne pouvait pas juste être sérieux pour une fois ? « Honnêtement, je n’ai pas passé l’été à Los Angeles, alors j’ignore un peu ce qui s’est passé ces derniers mois. » Et il n'aurait pas pu lui préciser ? Ses lèvres se pincèrent. Alors il n'avait pas reçu le présent qu'elle lui avait envoyé ? Puisqu'il n'avait pas été là c'est sûrement qu'il n'avait pas pu intercepter le colis. Pourtant, un vêtement aussi cher...

Prise dans sa rêverie, elle écouta à moitié le reste de ses paroles. « [...]Je suis sûr qu’on aura droit au même discours au déjeuner. » Quel discours ? Elle plissa légèrement les yeux en inclinant la tête de côté. Ses traits se décontractèrent en une mine intimidée due au baiser qu'il venait de lui offrir. Elle s'était toujours demandé s'il n'était pas des fois un garçon briseur de cœur qui se complait à avoir le plus de conquêtes possible juste pour pouvoir s'en vanter auprès de ses amis. Il était beau garçon et comme il voyageait beaucoup... dans tous les cas ça pourrait bien être son genre. Et dire que Papa Owen-Carter la pousse dans ses bras... Vidie le suivit du regard et ne retint pas le bref rire passer la barrière de ses lèvres. Amusée, mais lasse, à nouveau, prenant le même air à chaque fois qu'il faisait l'abruti. Mais au moins, il avait le don de la divertir. « Soyez adultes, soyez matures, prenez vos responsabilités en main ! Vous avez tout un empire sur vos épaules, l’un comme l’autre ! Votre union mes enfants, votre union ! » Sa main se leva et ses doigts se nichèrent dans sa chevelure décoiffée.

« Tu exagères. »

Non, pas tellement en fait.

« Il ne pense qu'à mon bonheur. C'est un père. »

Elle soupira et glissa sa main sur son visage pour lui pincer la joue au passage et lui tapoter l'épaule ensuite.

« De toute façon, ne t'inquiète pas, tu n'es pas mon type. »

Ou comment lui faire ravaler un peu sa fierté façon Vidie. Elle le taquinait. Il était beau et elle lui avait souvent dit. Eh oui, il pourrait facilement être son type d'homme. Mais en réalité, elle ne s'était jamais posé la question d'une relation avec lui. Bien que quand elle s'imaginait l'avenir, c'était à son bras qu'elle se voyait. « Avoues que ton été fut un enfer ! »

« Pas le moins du monde ! »

Elle le repoussa à peine pour se lever et aller ranger la bouteille ainsi que le verre encore rempli. Hors de question qu'Abel boive ça. Elle qui déteste l'odeur d'alcool. Combien de fois a-t-elle pu le dire à son père d'ailleurs.

« J'ai été à Tokyo et j'ai rencontré un garçon. TaeHyun. Il est très gentil et je l'ai invité à la fin du mois, passer quelques jours à la maison. Tu devrais voir comme il joue au basket. Ce type est un dieu. »

Elle se tourna vers Abel et repoussa, derrière son oreille, une mèche blonde et rebelle.

« Figure-toi que je suis devenue sa correspondante. Tu vois, finalement, moi aussi je m'y suis mise. Je pensais que ça me serait inutile et qu'un correspondant m'encombrerait, mais après tout, j'ai bien le droit de m'amuser de temps en temps, je ne vais pas passer mes journées à étudier. »

Hoho, Vidie se lâche le temps d'une visite d'un Asiatique ? Il faut le marquer dans le calendrier ça. Mais. Ne cherchait-elle juste pas à tester la jalousie d'Abel par hasard ? C'est à voir... C'est à voir...
PONY-ON ENTERTAINMENT


Strip away the flesh and bone Look beyond the lies you've known Everybody wants to talk about a freak No one wants to dig that deep Let me take you underneath Baby, better watch your step Never mind what's on the left You're gonna see things you might not wanna see It's still not that easy for me.
❥ UNDERNEATH


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admins • Président du conseil universitaire du jumelage à L.A.
Mavie.com : Né le 08.12.1986 à Tel Aviv, en Israël, j'ai 26 ans. De nationalité Israélien, je vis à Los Angeles, où je suis étudiant en doctorat d'histoire, président du conseil universitaire du jumelage et basketteur dans l'équipe du campus. Je suis hétéro et Célibataire.

Mon Agenda : Penser à parler à Lavender des intentions louches de son paternel • Essayer pour la centième fois, d'arrêter de fumer • Dégoter le 06 de Valentina Perez • Emmener Constance à Disneyland • Ne surtout pas oublier le câlin matinal de Sora.

Petit + sur moi : Il stresse en avion • Il est surnommé Indiana Jones pour ses études d'archéologie • Il a échappé à un mariage arrangé en Israël • Il est le fils du Maire de Los Angeles • Il est correspondant avec Nao au Japon, et Romy en Angleterre • Il a été élevé par ses grands-parents en Israël.

Popularité : ■■■□□□




MessageSujet: Re: Winning London | Abel & Lavender   Ven 30 Aoû - 12:50


Winning London | Abel & Lavender

Instinctivement, et toujours cette malice gravée sur le visage, Abel passa furtivement ses mains dans ses cheveux après le passage de Vidie, pour « se recoiffer », aussi ébouriffé qu’avant. Oh non, il n’exagérait pas, James était très borné comme homme, et principalement sur l’avenir de sa fille. Ce n’est pas qu’il désirait le commander ou le choisir pour elle, mais il y poussait pas mal. Abel n’était guère choqué par cette attitude, un peu trop vieux jeu pourtant, aux yeux des autres jeunes qui les entouraient. Pour lui, c’était plutôt normal, ayant grandi dans un pays ou les parents décident de votre mariage, le jour même de votre naissance. Lui-même avait eu une fiancée là-bas, et c’était résigné à devoir l’épouser le jour de ses 18 ans. Heureusement, son père était venu le chercher avant que ses grands-parents n’aboutissent ce mariage. Ce genre de décision prise par son entourage, faisait partie de son quotidien en Orient. « De toute façon, ne t'inquiète pas, tu n'es pas mon type. » ajoutât-elle pour conclure, lui tapotant l’épaule au passage. Sans se relever, Abel fronça des sourcils en levant simplement la tête, pour la suivre du regard alors qu’elle quittait le sofa. Comment pouvait-il ne pas être le type, ne serait-ce que d’une femme sur cette terre ? Si la perfection avait engendré un fils, il s’appellerait Abel. Bon ok, peut-être pouvait-il avoir pas mal de défauts, mais physiquement parlant, il se savait plutôt gâté par la nature, et il aimait en jouer. Savoir qu’une seule femme pouvait lui résister, le travaillerait pendant des années. Laissez le douter des paroles de Lady Lavender. « J'ai été à Tokyo et j'ai rencontré un garçon. TaeHyun. Il est très gentil et je l'ai invité à la fin du mois, passer quelques jours à la maison. Tu devrais voir comme il joue au basket. Ce type est un dieu. Figure-toi que je suis devenue sa correspondante. Tu vois, finalement, moi aussi je m'y suis mise. Je pensais que ça me serait inutile et qu'un correspondant m'encombrerait, mais après tout, j'ai bien le droit de m'amuser de temps en temps, je ne vais pas passer mes journées à étudier. » Abel grinça des dents un instant, sans trop savoir pourquoi. N’était-ce pas cela qu’on appelle jalousie ? Balivernes, une de perdue, dix de retrouver, alors pourquoi se sentir oppressé de la sorte ? C’est sur cette question, que le prénom du « japonais » l’interpella. TaeHyun, basketteur… Des étudiants portant un nom coréens et basketteur en plus, il ne doit pas y avoir cinq-cents sur le campus de Tokyo University. Il se redressa alors totalement, faisant la liaison entre le correspondant de sa blonde, et son ami coréens. Un instant, il resta silencieux, puis songeur, il se retourna vers Vidie qui rangeait l’alcool dans les placards.

« TaeHyun, le gars à la casquette ? »

Il mima un truc rond, juste au-dessus de sa tête.

« Tu sais qu’il est gay ? …. Sans vouloir casser tes espoirs bien sûr ! »

Il lui fit la révérence, alors qu’au lieu de compatir, son visage affichait une belle fierté.

« Ha les japonais, y’a que ça de vrai ! »

Il se laissa retomber dans le canapé, s’y enfonçant, et déposant ses pieds sur la tablette en face de lui. Il les croisa, puis pencha juste le visage dans la direction de Lavender.

« T’as bien raison, de vouloir sortir avec les japonais. Ils sont plus délurés, ils savent s’amuser, et les japonaises sont bien plus sexy. J’ai jamais oublié Tomie moi… »

Il leva de faux yeux songeurs vers le plafond. Lavender avait connu Tomie, lors de ses premières années d’échanges culturels. Abel avait entretenue avec elle une liaison, alors qu’elle était à l’époque, sa correspondante. Elle fut d’ailleurs sa seule vraie et longue histoire en 26 ans de vie. Tomie était très mignonne, elle avait le look qu’Abel aimait par-dessus tout, celui des idoles à la Morning Musume, les fringues d’éternelle adolescentes, les cheveux et la manucure toujours très travaillés, le sourire toujours aux lèvres, et ces petits cris hystériques pour un rien. Tomie était la joie de vivre à l’état pur, mais le distance qui les séparait avait eu raison d’eux, malgré tout. Abel s’en était totalement remis, il n’a jamais été du genre à s’apitoyer sur le passé, et encore moins pour une fille. Mais puisque Lavender le cherchait, autant répliquer.

« Si Taehyun rapplique dans le coin, il nous faut un match en avant-première… »

Reprit-il en posant innocemment ses yeux sur Vidie.

« Avant le tournois ! »

Son sourire s’élargit à cette idée. Si TaeHyun était bien son TaeHyun, il est membre de l’équipe de basket de Tokyo University. Un adversaire. Et Abel était bien impatient de l’affronter, lui et Nao. Il entretenait une belle amitié avec eux, et cette amitié était aussi basée sur leur rivalité sur le terrain.

« Je pensais quand même que tu préférais les types Barraqué aux asperges. »

Lançât-il d’un ton las, alors qu’en réalité, il cherchait à réveiller la jalousie de Lavender autant qu’elle cherchait la sienne. Pour jouer pourtant, les impassibles, il finit par s’allonger totalement sur le canapé, croisant ses bras derrière lui, et bombant légèrement le torse, pour que les atouts de sa silhouette, se dessinent sous son teeshirt.
PONY-ON ENTERTAINMENT

Abel Kook-Laqab

Hey tout le monde, le forum besoin de vous, pensez à venir voter et remonter nos publicités le plus souvent possible! Soyez les ambassadeurs de Limitless! よろしくぅ(^o^)/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Président du conseil universitaire du jumelage à Londres.
Mavie.com : Je suis née le 18.04.1988 à Londres en Angleterre, et j'ai 25 ans. De nationalité Anglaise, je vis à Londres, où je suis Étudiante en histoire et présidente du conseil universitaire du jumelage à Londres Je suis tournée vers les hommes et je suis Célibataire.

Mon Agenda : Penser à me faire inviter au restaurant par Abel préciser que c'est bien lui qui paie, sait-on jamais. Ne pas oublier de demander à maman une virée shopping.

Petit + sur moi : Elle a déjà sauté à l'élastique • Elle n'a jamais sauté en parachute mais ça ne serait que tarder • Elle n'a le béguin pour personne mais Abel est plutôt bel homme quand même

Popularité : ■■■□□□




MessageSujet: Re: Winning London | Abel & Lavender   Sam 31 Aoû - 13:51

How did I get here? I turned around and there you were. I didn't think twice or rationalize 'cause somehow I knew. That there was more than just chemistry. I mean I knew you were kinda of into me but I figured it's too good to be true.
You're one in a million.




Elle se souvient du jour où elle avait rencontré Taehyun. En déplacement à Tokyo, elle s'était rendue à l'université, mais le directeur était justement occupé à regarder, dans les gradins, le match de basket de son école. Plutôt que de patienter dans les couloirs, Vidie avait été également observer le jeu. Et quel jeu ! Formidable. Son regard ne cessait de suivre le même garçon. Taehyun. Il a joué avec une telle dextérité qu'il était impressionnant de voir un tel niveau dans un tel lieu. Sans aucune gêne, elle l'avait littéralement alpagué alors qu'il se rendait au vestiaire et s'était tapé la discussion avec lui. C'est là qu'elle avait appris qu'il aurait aimé voyager, mais faute de moyen, ne pouvait se le permettre. Elle voulait à tout prix qu'il montre à son université de Londres, ses nouvelles techniques. C'est là qu'elle a pensé à la correspondance. Même si elle avait toujours pensé que c'était une perte de temps pour elle vu son statut, elle avait eu cette idée. Et elle s'était réalisée. Leur relation n'était ni bonne ni mauvaise. Ils s'appréciaient, mais sans aller au-delà. Toute fois, elle savait que le jeune homme était bisexuel et non simplement gay. Elle n'avait pas spécialement questionné le japonais sur ses orientations et s'en fichait pas mal. Mais là, elle allait remettre correctement Abel à sa place.

« Il apprécie les filles aussi, tu t'es mal renseigné. Moi, par contre je me suis très bien renseigné... »

Elle afficha un sourire énigmatique. Ainsi, il pouvait comprendre ce qu'il voulait. Se faire ses films. Soit, peut-être même croire qu'elle avait déjà partagé le même lit que lui. Ce qui n'était pas le cas. Vidie ne s'accorde pas ce genre de pratique. Elle ne l'a d'ailleurs pratiqué qu'une fois et il y a un petit moment maintenant. Sa toute première fois. Ça avait été si naze qu'elle se disait que si c'était ça le sexe, mieux valait s'en abstenir. Et depuis, ça ne la titillait pas. Elle n'allait pas sauter sur tout ce qui bouge, juste l'histoire d'une nuit.

« Tomie ? »

Oui, elle feignait de ne plus s'en rappeler comme pour faire penser que cette dite Tomie ne lui était pas resté dans le crâne. En réalité, elle se rappelait très bien d'elle et surtout de son tempérament à attirer toute l'attention d'Abel sur elle.

« Ho, oui, je me souviens. Cette aguicheuse. »

Vidie, elle, n'arrivait pas assez bien à cacher sa jalousie. Elle n'était pas amoureuse d'Abel, mais elle désirait toujours avoir son entière attention. Aussi, cette Tomie, elle ne la portait pas vraiment dans son cœur. Dès qu'elle était là, Abel ne regardait plus Vidie. Et ça, ça l'énervait qu'il ne la regarde plus. C'est bien simple, toutes les pimbêches qu'il se tapait, elle ne pouvait pas les voir en peinture.

« En même temps, vu ce que ça a duré, je me demande encore comment tu peux t'en rapeler. »

Elle se détourna, se pinçant les lèvres, manie tout à fait caractéristique de son agacement. Elle attrapa une mèche de ses cheveux et la fit tourner autour de son index. Deuxième caractéristique. Elle tiqua et tapa du pied en s'appuyant contre le meuble dans lequel elle avait rangé, précédemment, l'alcool.

« Peu importe de toute façon. Tu n'arriveras pas à battre Taehyun. Ce gars est trop bon pour toi. »

Ah, finalement, ça serait marrant de les voir jouer. Vu ce qu'elle venait de dire, sans nul doute qu'Abel ferait tout pour le battre. Question de fierté. Et prouver à la miss qu'elle avait tort. Un sourire ourla ses lèvres et elle reposa son regard sur le jeune homme qui, autant le dire, prenait grandement ses aises.

« Les types baraqués, justement, ne sont que des machos. Ils crient sur tous les toits combien ils sont beaux, combien ils sont doués. Moi, je préfère un homme asperge et qui agis au lieu de se vanter. Comme dit le dicton, c'est ce qui en montrent et disent le plus qui en font le moins. »

Mon sourire disparaît au coin de mes lèvres et je prends alors un air de « c'est tout à fait de toi que je parle, oui oui. » Elle se déplaça jusqu'à lui et lui repoussa ses pieds. Qu'il les mette sur le canapé, d'accord, mais SANS les chaussures. Elle était bien trop à cheval sur l'hygiène et qui sait le nombre de bactérie qu'il ramenait sur ses selles. Elle prit place là où ses jambes s'étaient trouvées maintenant revenues à leur place hors du canapé.

« Tu reste pour combien de temps à Londres ? »

Elle espérait qu'il lui dise plus que deux jours. Après tout, il n'était pas là pour elle, mais pour la réunion de demain. Mais oui, elle espérait quand même. Ça faisait si longtemps.
PONY-ON ENTERTAINMENT


Strip away the flesh and bone Look beyond the lies you've known Everybody wants to talk about a freak No one wants to dig that deep Let me take you underneath Baby, better watch your step Never mind what's on the left You're gonna see things you might not wanna see It's still not that easy for me.
❥ UNDERNEATH


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admins • Président du conseil universitaire du jumelage à L.A.
Mavie.com : Né le 08.12.1986 à Tel Aviv, en Israël, j'ai 26 ans. De nationalité Israélien, je vis à Los Angeles, où je suis étudiant en doctorat d'histoire, président du conseil universitaire du jumelage et basketteur dans l'équipe du campus. Je suis hétéro et Célibataire.

Mon Agenda : Penser à parler à Lavender des intentions louches de son paternel • Essayer pour la centième fois, d'arrêter de fumer • Dégoter le 06 de Valentina Perez • Emmener Constance à Disneyland • Ne surtout pas oublier le câlin matinal de Sora.

Petit + sur moi : Il stresse en avion • Il est surnommé Indiana Jones pour ses études d'archéologie • Il a échappé à un mariage arrangé en Israël • Il est le fils du Maire de Los Angeles • Il est correspondant avec Nao au Japon, et Romy en Angleterre • Il a été élevé par ses grands-parents en Israël.

Popularité : ■■■□□□




MessageSujet: Re: Winning London | Abel & Lavender   Sam 31 Aoû - 20:02


Winning London | Abel & Lavender

« Il apprécie les filles aussi, tu t'es mal renseigné. Moi, par contre je me suis très bien renseigné... » L’attitude impassible, comme si l’information lui importait peu, Abel ne bougea pas un cil, comme si seul le plafond pouvait attirer son attention. Pourtant tout était bien arrivé à destination de ses neurones, un peu trop même. Loin d’imaginer qu’elle s’était contentée de lui poser la question, voilà qu’il en tirait une conclusion hâtive : Elle sortait, et couchait avec TaeHyun. Il aurait pu en vouloir au coréen, prendre le premier avion pour aller ses comptes avec lui, mais à quoi ça servirait ? Hormis l’attitude de papa Owen-Carter qui a presque déjà envoyé les fairepart de mariage, Lavender ne lui appartient absolument pas, et les autres hommes n’ont donc aucune raison de ne pas se jeter sur elle. S’il avait été à la place du bridé, il ne s’en serait pas gêné. C’est pourquoi au lieu de lui en vouloir, sa jalousie se monta vers Lavender, plus que sur TaeHyun. Il était vexé… « Tomie ? Ho, oui, je me souviens. Cette aguicheuse. » Un sourcil relevé, Abel détourna enfin ses yeux bleus vers Lavender. Aguicheuse ? Tomie était tout sauf aguicheuse. Oui elle était toujours en mini-jupe, mais c’est la mode nipponne qui veut ça. Les étudiantes sont en uniforme, et les jeunes femmes en gardent l’habitude. Tomie qui plus est, était très féminine, et adorait le look des idoles, comme les AKB48 ou les Morning-Musume. Alors du haut de ses 20 ans, elle avait gardé cet éternel look d’adolescente. Elle était mignonne, toute droit sorti d’un manga. Elle était bien loin d’être une pimbèche. Ho bien sûr, Abel savait que Tomie était le prétexte parfait pour réveiller la jalousie de Vidie, et il s’en amusait toujours. Quoi qu’elle puisse sortir sur elle, il le prenait au second degré. Mais aujourd’hui, déjà monté sur ses grands chevaux à cause de TaeHyun, la réflexion lui resta au travers de la gorge. « En même temps, vu ce que ça a duré, je me demande encore comment tu peux t'en rappeler. » Était-elle restée aussi longtemps avec quelqu’un elle ?! Tomie et Abel avaient quand même entretenu une relation pendant presque deux ans, la plus longue d’Abel.

« C’est sûr que toi tu ne risques pas d’être marqué par quelqu’un… »

Rétorquât-il en roulant des yeux, et reposant sa tête sur le rebord du canapé. Il n’avait jamais connu Vidie avec quelqu’un, aussi longtemps. Ce qui l’arrangeait bien, car c’est certain, il ne supporterait sûrement pas l’image. Leur amitié en prendrait peut-être un coup, il viendrait étrangement beaucoup moins souvent ici. Jaloux ? Complètement, et assumé en plus. C’était son petit côté oriental. Il en avait un très sale caractère, la preuve à cet instant. Dès que quelque chose le titille, il ne mâche plus ses mots, et ne contrôle plus vraiment ses dires.
« Peu importe de toute façon. Tu n'arriveras pas à battre Taehyun. Ce gars est trop bon pour toi. » Un petit ricanement ironique échappa des lèvres de l’Israélien. « Les types baraqués, justement, ne sont que des machos. Ils crient sur tous les toits combien ils sont beaux, combien ils sont doués. Moi, je préfère un homme asperge et qui agis au lieu de se vanter. Comme dit le dicton, c'est ce qui en montrent et disent le plus qui en font le moins. » Ca restait à voir, car Abel était tout de même l’exception qui sait profiter de ses atouts. Un peu trop vous diront certaines même. Ceci dit, malgré cet air de beau parleur qui collectionne les conquêtes, Abel avait quand même été très bien élevé, et préservait son corps autant que celui des femmes qu’il côtoie. Coucher avec tout ce qui bouche, selon lui, est autant un manque de respect pour les femmes, que pour soi-même. Alors oui, il allume, mais jamais il n’éteint. Son lit n’est que très rarement visité par une autre femme qu’une petite amie. Les conquêtes d’un soir ne vont jamais, ou très rarement, jusque dans son lit, à moins d’être bien éméché. Ce qui peut malheureusement arrivé, surtout en compagnie de TaeHyun. Il laissa donc Lavender repousser ses jambes, mais croisa ses bras par la même occasion, fixant le mur d’en face pour « bouder ».

« J’attends de voir. »

« Tu restes pour combien de temps à Londres ? » Le visage serré, sans plus un sourire, il détourna les yeux vers la jolie blonde, haussant les épaules. Honnêtement, si son voyage présidentiel n’était censé ne durer que deux jours, il avait espéré se faire inviter plus longtemps, mais vu la tournure actuelle, il n’en avait plus envie. Il était vexé, touché sans son égo, et il n’avait même plus envie de travailler…

« Deux jours, peut-être moins, tu sais je suis très occupé pour cette rentrée, l’Amérique reçoit le premier match et je dois tout organiser. Et comme je n’ai pas passé l’été à Los Angeles, j’ai énormément de retard. »

Jouant les impassible toujours, pour ne pas montrer qu’il était touché. Il enfonça alors sa main dans la poche de son pantalon, pour en sortir son briquet et ses clopes. Sachant qu’il ne pouvait pas fumer à l’intérieur, et respectant les ordres de papa Owen-Carter, il se dirigea vers la fenêtre-balcon qu’il ouvrit. Il pinça une cigarette entre ses lèvres, et l’alluma en la protégeant du vent. Il tira dessus, rangeant son paquet et son briquet dans sa poche, et s’appuya contre la rambarde tout en posant ses yeux sur l’immense jardin des Owen-Carter. Il y avait quelques jardiniers qui entretenaient les fleurs et buissons, ce manoir grouillait de bien plus de domestiques que d’habitants. Chez lui, ce n’était pas vraiment le cas, Il y avait juste Maria, une mexicaine qui se chargeait du ménage et de la cuisine. Abel ne la voyait même plus vraiment, ayant son propre studio plus près du campus. Il n’avait personne pour l’y entourer, juste une femme de ménage qui passait deux fois par semaines. Cette pensé envolée, il se retourna vers l’intérieur du manoir, appuyant son fessier contre la rembarre du balcon, et s’y accoudant. Il tira une nouvelle fois sur sa cigarette, et l’attrapa entre deux doigts pour libérer ses lèvres.

« De toute façon, je dois libérer ma chambre pour TaeHyun non ? »

Il ajouta un petit clin d’œil, pouvant faire croire qu’il n’y avait aucune jalousie, et qu’il poussait même cette relation… Pourtant il fumait de l’intérieur, comme un volcan.

« Tu crois que papa à prévu des timbres bridés pour vos faireparts ? »

Il pencha la tête vers son épaule, ce mauvais sourire apparaissant de nouveau sur son visage. Quelqu’un qui ne connaissait pas ou mal l’oriental, aurait put penser qu’il la taquinait vraiment, et que l’idée de cette idylle lui plaisait. Mais Vidie devait assez bien le connaître, pour s’apercevoir qu’il était piqué là où il fallait, et qu’il ne digérait absolument pas la pilule. Il songeait d’ailleurs fortement à sortir s’amuser ce soir, dans l’underground de Londres, et choper n’importe quelle jolie fille au passage. Oui Abel avait la fâcheuse tendances à ne pas réfléchir plus loin que le bout de son nez, et se venger aussi rapidement que sa colère montait. Idiot oui, un peu. Mais surtout très irréfléchi et impulsif.
PONY-ON ENTERTAINMENT

Abel Kook-Laqab

Hey tout le monde, le forum besoin de vous, pensez à venir voter et remonter nos publicités le plus souvent possible! Soyez les ambassadeurs de Limitless! よろしくぅ(^o^)/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Président du conseil universitaire du jumelage à Londres.
Mavie.com : Je suis née le 18.04.1988 à Londres en Angleterre, et j'ai 25 ans. De nationalité Anglaise, je vis à Londres, où je suis Étudiante en histoire et présidente du conseil universitaire du jumelage à Londres Je suis tournée vers les hommes et je suis Célibataire.

Mon Agenda : Penser à me faire inviter au restaurant par Abel préciser que c'est bien lui qui paie, sait-on jamais. Ne pas oublier de demander à maman une virée shopping.

Petit + sur moi : Elle a déjà sauté à l'élastique • Elle n'a jamais sauté en parachute mais ça ne serait que tarder • Elle n'a le béguin pour personne mais Abel est plutôt bel homme quand même

Popularité : ■■■□□□




MessageSujet: Re: Winning London | Abel & Lavender   Sam 31 Aoû - 20:58

How did I get here? I turned around and there you were. I didn't think twice or rationalize 'cause somehow I knew. That there was more than just chemistry. I mean I knew you were kinda of into me but I figured it's too good to be true.
You're one in a million.




« C’est sûr que toi tu ne risques pas d’être marqué par quelqu’un… » Et ça, ça faisait mal. Il venait de défendre Tomie ou de lui retourner le couteau dans la plaie ? L'un ou l'autre, mais ça lui faisait le même effet. Elle était piquée au vif et, surtout, blessée dans son orgueil. Bien sûr qu'elle ne pouvait pas être marquée par quelqu'un parce qu'elle n'était pas une fille facile, elle n'accourait pas telle une groupie sur un homme pour qu'il devienne rapidement son petit ami ou son coup d'un soir, au choix. Elle leva son regard vers lui et, sur son visage, il n'y avait plus aucun sourire. Il y était allé trop fort pour ce coup-ci. Non, elle n'aimait pas Taehyun. Elle serait bien rapide pour aimer un homme qu'elle ne connait pas autant que ça. Au moins, il ne pouvait pas lui dire qu'elle était une fille facile. Et c'était toujours mieux d'être critiqué sur le peu de petit ami qu'elle a eus plutôt que sur les nombreuses conquêtes qu'elle peut avoir. Leurs retrouvailles se passaient mal, les voilà qu'il se chamaillait de façon complètement inutile. C'était quoi cette manière de vouloir se rendre jaloux l'un et l'autre ?

Elle passa à autre chose, voulant peut-être tenter d'oublier les paroles de l'Israélien. « Deux jours, peut-être moins, tu sais je suis très occupé pour cette rentrée, l’Amérique reçoit le premier match et je dois tout organiser. Et comme je n’ai pas passé l’été à Los Angeles, j’ai énormément de retard. » D'habitude, il n'aurait pas rechigné à rester un peu plus longtemps. Depuis quand était-il autant à cheval sur son travail ? Rien ne pouvait être fait à distance ? Elle pinça les lèvres et se les mordilla, baissant le regard sur le tapis. Elle joua de son pied sur les franges de ce dernier, sans dire un mot. Elle avait comme l'impression qu'il était un peu en colère. Elle le suivit du regard quand il se déplaça, soupirant quand elle aperçut le cylindre qu'il portait à ses lèvres. Elle n'aimait pas quand il fumait. Elle savait tout des effets nocifs alors forcément... « De toute façon, je dois libérer ma chambre pour TaeHyun non ? » Elle soupira en se redressant, se levant du canapé. « Tu crois que papa à prévu des timbres bridés pour vos faireparts ? » Elle s'approcha de lui et s'arrêta qu'une fois contre lui. Elle venait de poser son front contre son torse, les yeux clos. Elle détestait ce genre de moment où il lui semblait qu'il lui en voulait.

« Reste plus longtemps, s'il te plait. »

C'était presque une demande suppliante. Elle prit une profonde inspiration et pensa que ce petit câlin servirait à se faire pardonner ou au moins à lui faire comprendre qu'elle regrettait la tension qui s'était installée entre eux.

« Si tu restes, alors je dirais à tout le monde la vérité. A savoir que tu es beaucoup plus sexy et attirant que lui. »

Elle leva son regard vers le sien, affichant une moue tout à fait adorable. Elle avait cédé. Elle arrêtait de jouer la carte de la jalousie et tirait celle de la pitié juste pour le faire craquer. Mais malgré tout, elle pensait ce qu'elle disait. Abel était vraiment attirant, ça n'était pas juste des mots dit pour lui faire plaisir. Elle se décolla de lui et s'accouda au rebord du balcon, regardant en bas. Elle suçotait l'intérieure de sa joue comme en pleine réflexion. C'est au bout d'un silence qui parut une éternité qu'elle miaula doucement :

« Tu pensait vraiment ce que tu disais ? Je sais bien que je n'ai pas eu beaucoup de petit ami, mais c'est juste que je n'ai pas trouvé le bon moment. Et mon père qui parle mariage... tu dois te dire que je suis un cas, hein ? Une fille pas capable de se trouver un mec toute seule. »

Elle sourit amusée, bien qu'au fond, ça la rongeait. Abel avait raison, elle ne pourrait pas dire que quelqu'un l'avait marqué puisqu'il n'y avait eu pratiquement personne jusque-là. Et elle avait déjà 25 ans. Elle rentra sa tête dans les épaules, ses cheveux retombant en barrière autour de son visage.

« C'est pas si grave si je termine toute seule. Je m'achèterais un chien et je finirais vieille fille. »

Elle tourna son regard vers le jeune homme et lui adressa un sourire. Loin de là l'envie de se faire passer, en plus, pour une fille qui se plaint, elle lui tapota le bras et lui tira sa cigarette qu'il avait presque terminée pour l'écraser dans le cendrier.

« Tu doit avoir faim. Je vais t'aider à ranger tes affaires et on va se mettre à table, d'accord ? »

Elle inclina la tête, retrouvant de nouveau son air enjoué. On ne va pas se morfondre pour deux-trois mots lancés en trop et gâcher la visite d'Abel à Londres ! Elle allait en profiter à fond, même s'il ne restait que peu de temps. Elle glissa sa main dans la sienne et le tira à l'intérieur, passant le hall pour grimper à l'étage où les valises du jeune Israélien avaient déjà été menées. Elle pénétra dans la chambre de visite et tira la valise pour la porter – avec du mal – et la poser sur le lit. Elle s'installa sur le matelas en balançant ses jambes telle une petite fille.

« Tu m'as ramené un cadeau ? »

Bah quoi ? Il pensait toujours à elle, non ? Pourquoi ça serait différent maintenant ? Et s'il ne lui avait rien ramené alors elle lui volerait un de ses effets personnels en compensation. Et toc.
PONY-ON ENTERTAINMENT


Strip away the flesh and bone Look beyond the lies you've known Everybody wants to talk about a freak No one wants to dig that deep Let me take you underneath Baby, better watch your step Never mind what's on the left You're gonna see things you might not wanna see It's still not that easy for me.
❥ UNDERNEATH


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admins • Président du conseil universitaire du jumelage à L.A.
Mavie.com : Né le 08.12.1986 à Tel Aviv, en Israël, j'ai 26 ans. De nationalité Israélien, je vis à Los Angeles, où je suis étudiant en doctorat d'histoire, président du conseil universitaire du jumelage et basketteur dans l'équipe du campus. Je suis hétéro et Célibataire.

Mon Agenda : Penser à parler à Lavender des intentions louches de son paternel • Essayer pour la centième fois, d'arrêter de fumer • Dégoter le 06 de Valentina Perez • Emmener Constance à Disneyland • Ne surtout pas oublier le câlin matinal de Sora.

Petit + sur moi : Il stresse en avion • Il est surnommé Indiana Jones pour ses études d'archéologie • Il a échappé à un mariage arrangé en Israël • Il est le fils du Maire de Los Angeles • Il est correspondant avec Nao au Japon, et Romy en Angleterre • Il a été élevé par ses grands-parents en Israël.

Popularité : ■■■□□□




MessageSujet: Re: Winning London | Abel & Lavender   Dim 1 Sep - 20:10


Winning London | Abel & Lavender

Abel était loin de penser que Vidie serait la première à jeter les armes. Certes le plus souvent, c’était toujours elle qui temporisait le caractère enflammé de l’Israélien, mais elle n’en restait pas moins aussi butée que lui sur pas mal de sujets. Et ici en l’occurrence, il se voyait déjà passer deux jours à bouder autant qu’elle. Si bien que quand elle se leva pour prendre sa direction, il fut presque persuadé que c’était pour lui tenir tête. Il se redressa alors légèrement, s’attendant à devoir assurer un « yeux dans les yeux » digne des plus grands westerns. Mais contre toute attente, Lavender baissa les yeux face à lui, et sans qu’Abel n’ait le temps de réaliser quoi que ce soit, le front de la jeune femme se reposa contre le torse masculin. Surpris, il sentit son petit cœur si souvent de marbre, tourner sur lui-même, avant d’accélérer son flux sanguin. C’était quoi cet élan de tendresse un peu trop voyant ? Nullement habitué à démontrer son attachement à qui que ce soit, Abel resta immobile quelques secondes, sans ne savoir que faire de ses mains. Puis finalement, maladroitement, et hésitant, il tapota le dos de Vidie, tout d’abord du bout des doigts, puis finalement, sa paume se reposa contre le tissu de son vêtement, pour la caresser d’un geste de réconfort. « Reste plus longtemps, s'il te plait. ». Sa colère en fut toute apaisée, il avait même oublié pourquoi ils se réconciliaient… « Si tu restes, alors je dirais à tout le monde la vérité. A savoir que tu es beaucoup plus sexy et attirant que lui. » Ah oui c’est vrai, le coréen. Un sourire en coin, fier mais étrangement tendre, s’afficha sur les lèvres d’Abel. Il baissa les yeux vers le visage de Vidie, qui au même moment, le remontait. Leurs regards se croisèrent, et il étira doucement son sourire, pour lui faire comprendre que tout était oublié. Il n’était pas très doué pour les excuses, un peu trop égoïste et égocentrique, mais dans ses yeux, le message était passé. Vidie le relâcha alors, et prit place à côté de lui, se penchant sur la rambarde pour scruter l’extérieur. Lui, il resta le dos tourné aux jardins, le popotin contre la barrière, et remonta sa cigarette jusqu’à sa bouche. « Tu pensais vraiment ce que tu disais ? Je sais bien que je n'ai pas eu beaucoup de petit ami, mais c'est juste que je n'ai pas trouvé le bon moment. Et mon père qui parle mariage... Tu dois te dire que je suis un cas, hein ? Une fille pas capable de se trouver un mec toute seule. C'est pas si grave si je termine toute seule. Je m'achèterais un chien et je finirais vieille fille. » Laissant retomber son bras le long de son corps, la cigarette entre deux doigts, il recracha sa fumé, et détourna les yeux vers Vidie.

« Tu sais bien que non, tu connais ma position là-dessus. J’ai un énorme respect pour les femmes qui savent se préserver. Je suis peut-être le premier à jouer les allumettes, mais oublies pas que je ne ramène jamais une Marie-Couches-Toi-Là. J’ai mes principes. Si certain diront que tu ne profites pas de la vie, moi au contraire, je trouve que tu as la meilleure attitude. Ton corps, c’est la seule chose qui t’appartiens vraiment dans le monde ou l’on vit, alors il faut le préserver. Et quelque part, c’est très honorifique pour ton futur petit ami. »

Il détourna sa silhouette vers Lavender, et pencha très légèrement son visage vers le sien, pour enfoncer ses yeux dans ceux de la jeune femme.

« J’ai un énorme respect pour toi là-dessus, ne changes rien. »

Il lui chuchotât ses mots, le fin sourire dessiné sur le bout de ses lèvres. Tout était-dit avec sincérité. Il le pensait vraiment. Les femmes qui collectionnent les hommes, juste pour « se faire quelqu’un » était pour lui si répugnant. Tout comme les hommes qui profitent de leur plastique pour se construire une liste de conquêtes. S’ils se donnent à tout le campus, ou est le mystère ?! Abel lui, il aimait draguer, mais pas se donner à tout le monde. Il préférait garder ce voile sur sa personne, que toutes les filles aient envie, mais qu’aucune n’y parviennent… Là c’était bien plus drôle.
Vidie se ressaisie alors, sûrement qu’elle ne voulait pas se morfondre sur ce sujet. Il la savait toujours souriante, loin d’elle l’idée de venir se plaindre. « Tu dois avoir faim. Je vais t'aider à ranger tes affaires et on va se mettre à table, d'accord ? » Elle attrapa sa cigarette qu’elle écrasa sur le sol, et en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, ils se retrouvèrent dans la chambre d’ami, qu’Abel occupait toujours lors de ses visites. Elle lui était presque réservée maintenant, il y laissait même parfois des affaires, sachant qu’il reviendrait très souvent. La porte se referma sur eux quand ils furent à l’intérieur, et la jolie blonde s’allongea sur le ventre, les jambes en éventail, sur le lit. Abel lui, sortit tout ce qu’il avait dans les poches, pour déposer les choses encombrantes sur la commode, ne gardant que son téléphone. « Tu m'as ramené un cadeau ? » Posant ses yeux sur la jolie silhouette féminine, il sourit plus franchement, tout en roulant des yeux.

« Tu crois tout de même pas que j’oserais rendre visite à ma future épouse, sans oser lui rapporter quelque chose du pays. »

Il avait d’ailleurs longtemps pensé à lui offrir une jolie bague en argent et camée bleuté qui appartenait à sa famille, en Israël, mais il avait finalement trouvé l’idée trop « conventionnelle », comme s’il avait entièrement accepté l’idée de papa Owen-Carter. Alors en conclusion, il s’était rendu en bijouterie, et avec la carte de crédit de papa, il avait pris un joli coffret pendentif, chaine et boucles d’oreilles assorties, de chez Chanel. Il ne lui avait jamais offert de bijoux jusqu’ici, à chaque fois il avait voté pour des sacs à main, des produits cosmétiques de grandes marques, des vêtements parisiens aussi. Mais les bijoux, ça changerait. Il rejoignit alors la jeune femme sur le lit, s’asseyant à ses côtés. Il ouvrit son sac de voyage, farfouilla un instant dedans, affichant le bazar qui y régnait, puis il en sorti une jolie boite carrée, avec l’insigne Chanel juxtaposé sur le couvercle. Il tendit alors la petite boite à Lavender.

« J’espère que ce sera à ton gout. »

Quand elle eu empoigné le boitier, il sourit plus malicieusement, et s’agenouilla sur le lit. Attendant qu’elle soit occupée à ouvrir son cadeau, il s’avança vers elle, pour passer un genoux sur sa silhouette, et pouvoir s’installer à cheval sur le derrière de l’anglaise. Il ne lui laissa alors même pas le temps d’admirer son cadeau. Il se pencha sur son épaule, attrapa le pendentif, et dans sa position actuelle, il lui passa autour du coup sans aucun souci. Il repoussa légèrement ses cheveux d’un côté pour attacher la chaine tranquillement, puis quand ce fut fait, il rattrapa sa tignasse pour la remettre en place. Il se pencha de nouveau vers son épaule, posant son menton sur celle ci, laissant son souffle chaud finir sa course dans le cou dénudé de la jolie blonde.

« J'suis pas une fille, mais je crois que c'est plutôt pas mal! »

Il passa un bras par dessus leurs deux silhouettes, pour remonter le couvercle du boitier cadeau, qui contenait un miroir. Il laissa alors Lavender admirer le résultat, alors que leurs reflets s'affichaient dans la petite glace.
PONY-ON ENTERTAINMENT

Abel Kook-Laqab

Hey tout le monde, le forum besoin de vous, pensez à venir voter et remonter nos publicités le plus souvent possible! Soyez les ambassadeurs de Limitless! よろしくぅ(^o^)/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Winning London | Abel & Lavender   

PONY-ON ENTERTAINMENT
Revenir en haut Aller en bas
 

Winning London | Abel & Lavender

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
• L I M I T L E S S • :: 
Hello London
 :: West End
-